Interview de Manon Hansemann // CMN

Direction Saint-Vincent-sur-Jard

 

En créant ce blog, nous avons souhaité qu’il vous fasse également découvrir nos partenaires et les autres chantiers autour de Georges Clemenceau. Pour ce premier rendez-vous, nous avons le plaisir de vous emmener sur le littoral vendéen dans la maison de villégiature où Georges Clemenceau se ressourça à la fin de sa vie. Manon Hansemann, administratrice du site, nous y accueille avec son équipe.

Manon Hansemann, vous êtes administratrice des monuments historiques pour le Centre des monuments nationaux (CMN). Pouvez-vous vous présenter ?

Je suis l’administratrice de la Maison et jardin de Clemenceau à St-Vincent-sur Jard, des Tours de La Rochelle, du Site gallo-romain de Sanxay et de l’Abbaye de Charroux dans la Vienne. J’ai pris mes fonctions en août 2015. J’étais auparavant Architecte des Bâtiments de France (ABF). J’ai assuré cette fonction pendant 8 ans dans la Vienne, puis en Charente. Je connais donc bien la région. Devenir administratrice me permet d’appréhender les monuments dans leur globalité et d’avoir ainsi un rôle dans l’ouverture, l’animation et l’entretien des sites.

Ci-contre, Manon Hansemann entourée de l’équipe de la maison et jardin de Georges Clemenceau.

Nous nous trouvons dans la maison de Clemenceau à St-Vincent-sur-Jard. Dites-nous en plus sur ce site ?

Georges Clemenceau a occupé cette maison les dix dernières années de sa vie. Il y venait à la belle saison. Il n’en était pas le propriétaire et a toujours refusé qu’elle lui soit prêtée gracieusement. Le loyer était alors reversé aux bonnes œuvres. La maison est la même qu’à l’origine, Georges Clemenceau lui a rajouté le salon d’été où il recevait amis et proches. C’est une maison d’apparence modeste, mais riche à l’intérieur : elle est meublée, décorée et abrite une collection d’arts asiatiques. Avec son ami Claude Monet, ils ont conçu ensemble le jardin sur dune avec des plantes locales bien loin d’un ordonnancement de jardin à la française. Trois parties le composent : une terrasse fleurie devant la maison (mais qui ne coupe pas la vue de l’Océan), un parterre de fusains et un de roses à l’arrière de la maison. Le jardin est entretenu quotidiennement par Marie, notre jardinière en chef assistée d’un apprenti jardinier qui est en alternance pendant deux ans sur le site. Nous avons exclu les produits phytosanitaires depuis 2014. Tout se fait à la main, notamment le désherbage.

Des travaux de reconstruction du bâtiment d’accueil des visiteurs sont en cours. Pourquoi ces travaux ?

En premier lieu, je tiens à souligner que la maison et la librairie-boutique restent ouvertes pendant toute la durée du chantier, du mardi au dimanche aux horaires habituels d’ouverture (de 10h à 12h30 et de 14h à 17h30). Ces travaux font suite aux dégâts causés par la tempête Xynthia en 2010. Le bâtiment d’accueil datait des années 1980 et avait été construit un peu plus bas que la maison de Clemenceau. Celle-ci n’a presque rien eu ! Le bâtiment d’accueil a été quant à lui sinistré. Il accueillait la boutique et l’accueil qui ont donc été transférés dans une partie de la maison. La décision de reconstruire a pris du temps car le cadre réglementaire du littoral devait impérativement être respecté. La reconstruction du bâtiment a été acceptée par le Préfet de la Vendée à trois conditions :

  • garder l’emprise d’origine ;
  • rester sur le même nombre de surfaces vitrées ;
  • remonter le niveau de plancher pour être au-dessus des niveaux d’alerte.

 

À quoi ressemblera le nouveau bâtiment d’accueil ?

Le bâtiment aura la même forme et la même implantation que celui d’origine. Il sera bien sûr plus haut et architecturalement différent. Il deviendra l’entrée du site, accessible à tous grâce à des rampes réalisées sur l’espace public en accord avec la mairie. Les architectes de Titan ont dessiné pour ce bâtiment un volume très pur, avec peu de rajouts. À l’extérieur, les architectes en lien avec le CMN ont imaginé du béton coloré (sable, ocre doux) en jouant sur le contraste entre le volume lisse de la nef ouverte au public et les volumes privatifs rugueux. Je tiens à préciser que le volet expérimental avec l’entreprise de maçonnerie (sur les textures, les couleurs) faisait partie intégrante des intentions architecturales. Le bâtiment comprendra la billetterie, une boutique, une salle de médiation (pouvant accueillir 25 personnes environ), des bureaux et locaux techniques. Cet espace s’organisera autour d’une nef centrale accessible au public avec de grandes menuiseries vitrées ouvertes sur l’espace public et le jardin.

Quelle en est la date d’ouverture ?

Son ouverture est prévue en octobre-novembre 2017. Nous avons souhaité qu’elle s’articule avec la célébration des cent ans de l’accession de Georges Clemenceau à la Présidence du Conseil.

Côté animation, quels évènements rythment l’année de la maison et jardin de Clemenceau ?

Nous proposons des manifestations en lien avec des évènements nationaux :

Nous souhaitons en 2018 développer l’animation autour de lectures dans le jardin à la belle saison. Des ateliers intergénérationnels et pour les seniors seront également proposés. Les visites commentées seront toujours assurées régulièrement par les agents d’accueil du site et permettront une bonne compréhension de la maison et de la vie de Georges Clemenceau.

D’autre part, nous avons été retenus dans le cadre d’un appel à projets conduit par le Ministère de la Défense et le Ministère en charge du tourisme sur les services numériques innovants et le tourisme de mémoire en France. Avec la startup Sky Boy, nous travaillons sur un projet de réalité superposée. Des tablettes seront installées dans différents points de la maison. Le visiteur verra y apparaitre l’image filmée de Georges Clemenceau sur le lieu même (Clemenceau écrivant dans sa chambre face à la mer, recevant des proches dans son salon d’été,…). Le scénario est en cours d’élaboration. Ce système de réalité superposée pourrait s’étendre à d’autres sites clemencistes en Vendée grâce à une application téléchargeable sur smartphone.

Comment envisagez-vous les liens entre la maison de Clemenceau à St-Vincent-sur-Jard et le futur musée Clemenceau à Mouilleron-en-Pareds ?

Les deux sites sont actuellement en travaux. Dès ouverture au public, nous pourrons inviter et inciter les visiteurs à découvrir nos lieux respectifs, proposer des billets jumelés, des animations et manifestations conjointes. Afin que nos équipes d’accueil se connaissent mieux, nous organiserons des visites sur chacun des sites. Je considère que c’est une force d’avoir de tels lieux complémentaires sur le territoire. Nos sites Internet nous permettront, de façon réactive, de relayer nos informations et actualités.

 

En quelques mots, que représente Georges Clemenceau pour vous ?

Un homme qui avait le courage de ses opinions et qui allait au bout de ses engagements.

Un homme cultivé qui s’est ouvert à d’autres pays comme les États-Unis.

Un amateur d’art, qui a défendu Claude Monet. On lui doit la salle des Nymphéas à l’Orangerie.

Une fine plume, aiguisée.

Un homme complet d’une envergure intéressante.

 

Merci à Manon Hansemann et à toute son équipe de leur accueil.
Propos recueillis par Katia Massol